+33 6 59 47 10 60
Postulat de départ : la chute d’un homme.
Au début, tout est sombre, voilé… Une silhouette d’homme se dessine à travers la brume. Il ne sait ni où il se trouve, ni comment il est arrivé là. Un vide s’est créé dans sa mémoire… L’espace est découpé, on ne distingue que quelques parties de l’ensemble. 

L’univers se dévoile petit à petit, grandit, il a le sentiment d’être au milieu de quelque chose de grand, de beaucoup plus grand que lui. Il est comme une page vierge, plus de peur, plus d’appréhension, pas d’interprétation. Juste des sensations. Il trébuche sur quelque chose, un carnet, vide. Il se met à chercher les pages pour reconstituer l’histoire. Ce carnet est comme un journal intime, rempli de souvenirs et d’anecdotes. Il va traverser ces souvenirs et son histoire intensément. L’histoire qu’il découvre peu à peu le pousse à aller vers l’inconnu, à voir au-delà du mur. 

Un passage se crée dans sa mémoire. Une aspiration depuis le haut comme un trou noir. Le personnage va progressivement découvrir puis enlever des couches de la scénographie et de son inconscient pour tenter de retrouver qui il est. Il se retrouve face à ses souvenirs, à ses peurs mais aussi à ses rêves… Il rêve de voler, il rêve de suspendre le temps. L’idée est de créer un nouvel espace, une frontière perméable avec un autre monde. 

Le Poids des Nuages est un spectacle construit à partir de souvenirs éparpillés. Un homme inerte au sol se relève après une longue chute. Il va traverser un univers fantasmagorique. Que se passe-t-il quand nos projections nous empêchent d’être au présent ? 

L’idée est de créer un nouvel espace, une frontière perméable avec un autre monde. C’est une ascension lente et vertigineuse contre l’oubli.

Dans ce projet, je souhaite explorer notre rapport aux souvenirs et à la mémoire, j’ai envie d’aller chercher les sensations que peuvent procurer la découverte de souvenirs qui ne nous appartiennent plus. 

Pour ce nouveau spectacle, je vais collaborer avec Dominique Boivin et Sylvie Pomaret, deux personnes dont j’affectionne particulièrement le travail, deux personnes sensibles à la voltige, à la théâtralité des corps, avec qui je veux partager mes envies de mêler à la fois un engagement physique et acrobatique intense à une écriture poétique et musicale pour l’Espace Public. Nous allons explorer ensemble le rapport d’un homme à ses souvenirs perdus et à ses rêves passés. J’imaginais un espace singulier, entre le sol et une immense toile de trampoline, comme une plongée dans le grenier de la mémoire, avec la possibilité de jouer et de passer d’un souvenir à l’autre de manière vive, presque surréaliste.

La musique de Nils Frahm m’inspire énormément et sera je pense au coeur du spectacle.

Fermer le menu